decouverte du togo 2

 

en construction

 

Domaine de l'EDUCATION 

 

Un rapprochement des taux de scolarisation dans les régions, permet de noter qu’au Togo, les ménages de la région Centrale investissent beaucoup plus que les autres dans la scolarisation de leurs enfants.Ecole Togo

En effet, alors que le nombre moyen d’enfants scolarisables par ménage s’élève à 3 dans cette région, le taux de scolarisation y atteint 83 %.

On peut aussi attribuer la faiblesse des taux de scolarisation de la région des Savanes à la charge relativement importante en termes de nombre moyen d’enfants à scolariser dans la région.

L’importance du nombre moyen d’enfants scolarisables résulte sans aucun doute du niveau fort élevé de la fécondité dans la région.

Les enfants qui n’ont jamais été à l’école sont surtout de sexe féminin et ont été enregistrés

essentiellement dans les ménages ruraux. Sur une base de 100 enfants jamais scolarisés, on note 63 % de filles contre 37 % de garçons.

Généralement les raisons économiques sont celles qui expliquent la non scolarisation des enfants. Les principales raisons économiques évoquées sont le manque d’argent et le besoin de l’aide des enfants au champ.

En fait le besoin de l’aide des enfants dans les travaux champêtres a été classé sous la rubrique “raison économique” car il s’agit là d’une raison qui conduit les parents à déscolariser les enfants et à les mettre dans le circuit de production économique.

Le taux d’analphabétisme est de 63 % pour les femmes contre 34 % pour les hommes. Dans certaines régions la proportion des hommes qui savent lire et comprendre un journal est même deux fois plus élevée que celle des femmes.

Entre milieu urbain et milieu rural, il existe une disparité importante au sujet de l’alphabétisation. Alors que 71% des togolais qui habitent une ville savent lire et comprendre un journal en français ou dans une autre langue, contre 39% en milieu rural.

Dans le secteur de la Sante

Le Togo est divisé en six régions sanitaires : Lomé-Commune, Région Maritime, Région des Plateaux, Région Centrale, Région de la Kara, Région des Savanes.Centre de Santé

 

Le Togo fait partie des pays où le ratio-nombre de médecins pour le nombre d’habitants est le plus faible. Ceci est aggravé ces dernières années par l’expatriation des médecins, en particulier les spécialistes vers les pays occidentaux, notamment européens. Plus de la moitié des médecins formés au Togo quittent le pays une fois leur formation terminée. Et ce n’est pas la politique d’immigration “choisie” de la France qui va arranger cette situation. Peut-on s’étonner ensuite de voir les Togolais vouloir émigrer dans ces pays?

Il n’existe pas de Sécurité Sociale au Togo. La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) ne s’occupe que de maigres allocations (familiales, vieillesse, décès).

Les Togolais ne consultent pas un médecin rapidement car ils savent que le prix de la consultation et celui des médicaments ou analyses qu’il prescrira, pourra engloutir le budget mensuel de la famille. Ils commenceront par aller voir un infirmier, qui parfois ne porte que le nom, mais qui demandera tout de même d’acheter quelques produits… 

 

pharmacieSi après plusieurs jours le problème ne disparaît pas, le malade et son entourage pourront se tourner vers un tradithérapeute et laisser encore quelques deniers avec plus ou moins de succès à la clé. Le nombre de tradi-praticiens au Togo a beaucoup augmenté ces dernières années, contrairement au nombre de consultations des CHU, tandis que l’accès aux médicaments devenait difficile pour la grande majorité des Togolais.

Finalement, si ça ne va pas mieux, ils iront au CHU ou voir un médecin, à condition d’avoir pu réunir une certaine somme d’argent.

 

Centre de santé

Tout cela épuise les finances déjà maigres des Togolais, qui se tournent de plus en plus vers les nombreuses églises laissant au passage encore un peu de leurs ressources financières, en espérant que leurs prières écarteront les problèmes de santé et ramèneront le Togo vers la prospérité que les moins de vingt ans ne connaissent pas.

Ne l’appelait-on pas dans les années 80 “La Suisse de l’Afrique de l’Ouest....  

 

 

Les differentes Religions

Les religions pratiquées au Togo sont multiples: la majorité est restée attachée à la religion ancestrale (59 %), mais les catholiques sont très nombreux (22 %), suivis par les musulmans (12 %) et les protestants (6%).

 

APPARTENANCE RELIGIEUSE:

Chrétiens : 45,7 %, Animistes : 34,2 % ,Musulmans: 19,4%, Autres : 0,7 % 

La Constitution décrète la liberté religieuse et les autorités publiques ont généralement respecté ce droit en pratique.

Eglise

De plus, la Constitution interdit la formation de partis politiques basés sur la religion et affirme que “aucun parti politique ne devrait s’identifier à une religion, un groupe ethnique ou une région.

Ceci n’empêche pas à des individus catholiques,protestants ou musulmans, citoyens, de tenir des positions importantes dans les administrations locales et nationales.

L’Etat reconnaît trois religions officielles : le catholicisme, le protestantisme et l’islam, et exige que tous les autres groupes s’inscrivent en tant qu’associations. L’inscription, et donc la reconnaissance officielle, apporte des avantages fiscaux sur les imports, après une demande auprès du Ministère des Affaires Etrangères.  

 

Afin d’obtenir l’inscription, une association religieuse doit présenter ses statuts, une expression de ses doctrines, les noms et adresses des membres du corps dirigeant, le diplôme du pasteur, un contrat, une carte de l’emplacement du siège principal, et une déclaration concernant sa situation financière.

 

Le comportement éthique du groupe religieux est extrêmement important pour obtenir le statut juridique, et ne doit jamais menacer l’ordre public.Durant la période prise en compte, on ne signale pas d’événement significatif en ce qui concerne l’exercice du droit à la liberté religieuse.  

Mosquée
Masque de la religion traditionelle
 

 

A la découverte du Togo...