histoire de la fondation

Suite

 

En 1977, la Communauté compte 6 sœurs Malgaches et 5 missionnaires; la congrégation peut alors répondre à une nouvelle demande de l’Archevêque de Diégo Suarez dont le désir est d’avoir des religieuses pour l’éducation des enfants et les services paroissiaux à la mission d’Ampanafena. C’est un milieu rural où les familles sont habituées à un rude labeur : culture du riz et de la vanille. L’école existante est peu fréquentée par les enfants. Aujourd’hui, cette école primaire compte 1100 élèves. Malheureusement, elle manque de salles de classe et le nombre des élèves atteint parfois 90 enfants par classe.

 

Trois ans plus tard, en 1980, les sœurs essaiment à Vohémar, petit port sur la côte Est de l’île.

 

Leur premier objectif sera l’éducation des enfants. «Ce que j’attends de vous, écrit l’Archevêque, c’est que vous soyez avant tout une présence du Christ au milieu de la population. »

 

Cette région est marquée par la religion musulmane et l’évangélisation chrétienne est difficile. En plus de l’école primaire, les sœurs ont ouvert aujourd’hui, un collège et un dispensaire.

 

Des jeunes filles demandent à entrer au noviciat. Pour mieux assurer leur formation, la Congrégation cherche un lieu d’implantation qui offre des possibilités de formation au plan intellectuel et spirituel. Le 7 octobre 1985, s’ouvre la maison de formation. D’autres sœurs missionnaires, Françaises, Canadiennes, Américaine, viennent donner quelques années de leur vie pour aider à la formation ou dans les activités apostoliques.



Un défi à relever pour les fcscj.